Ce que l’on sait des manifestations antigouvernementales de Séoul de novembre 2015

Le mois de novembre 2015 a été marqué par de nombreux événements tragiques à travers le monde, et la Corée du sud a également eu le droit à son événement marquant. En effet,  Séoul a été le lieu de manifestations relativement violentes. Ces manifestations ont fait très peu de bruits sur la scène internationale car très peu relayées par les médias. Alors si vous ne vivez pas en Corée du sud il y a fort à parier que vous n’ayez pas eu vent de ces événements.

Le 14 novembre 2015 ont lieu à Séoul des manifestations, les plus importantes que les pays ait connus depuis plusieurs années.

A protester reacts as water mixed with tear gas liquid is sprayed by police water canon to disperse protesters during an anti-government rally in central Seoul, South Korea, November 14, 2015. REUTERS/Kim Hong-Ji

Qui étaient les manifestants et que revendiquaient-ils ?

  • Les travailleurs et syndicats.

Ils désapprouvent les réformes du système de travail ayant pour but de rendre le marché plus flexible notamment en accordant plus de liberté aux employeurs. Aux  yeux de la population ces réformes ne profiteraient qu’aux Chaebol (conglomérats coréens) en leur facilitant le renvoi des employés.

  • Les enseignants, étudiants.

Ils s’opposent au projet du gouvernement d’imposer des manuels d’histoire officiels. Ce projet prévoit de fournir aux écoles dès 2017 des livres ayant été préalablement révisés. On craint ici une tentative de réécrire  l’histoire en effaçant la période de dictature que le pays a connu dans les années 60-70 sous le contrôle de Park Chung-hee, père de l’actuelle présidente.

Comment se sont déroulées les manifestations ?

Environ 70 000 personnes ont participées  à ces manifestations selon la police, et 130 000 selon les organisateurs. Les manifestants se sont dirigés vers la maison bleue, demeure et bureau de la Présidente Park Geun-hye en scandant leur volonté de voir celle-ci démissionner. La technique utilisée par les forces de l’ordre pour arrêter la foule a été violente. J’ai d’ailleurs l’impression que les rares médias ayant traité le sujet se sont davantage centré sur cet aspect plutôt que sur les causes des manifestations. Il faut dire que certains manifestants se sont montrés violents, en utilisant, entre autre, des barres de fer . Les policiers ont placés des bus pour faire office de barricade, mais cela n’étant pas suffisant pour stopper les manifestants, ils ont lancé du gaz au poivre et des canons à eau sur les civils. Cette confrontation a conduit à 51 arrestations et 29 blessés. Les photos parlent d’elles même pour comprendre la brutalité des évènements.

 

 

Police use water cannons to block South Korean protestors following a large rally against the government in downtown Seoul on November 14, 2015. Tens of thousands of people took to the street in central Seoul in a massive protest against the conservative government's drive for labour reform and state-issued history textbooks. AFP PHOTO / JUNG YEON-JEJUNG YEON-JE/AFP/Getty Imagescoree

 

 

 

Water mixed with tear gas liquid is sprayed by police water canon to disperse protesters during an anti-government rally in central Seoul, South Korea, November 14, 2015. REUTERS/Kim Hong-Ji

 

 

Morgane – a écrit articles pour Web Journal Tchintcha.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

- bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6