Koizora, le Ciel s’en souvient…

Koizora, le Ciel s’en souvient…

Joyeuses fêtes !!!

Parlons peu, parlons mieux, aujourd’hui je vous présente un vrai petit bijou qui ne laissera personne insensible par son authenticité: Koizora.

Je vous préviens tout de suite, sortez vos mouchoirs (vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu). Du coup je vous illustre ça d’une petite citation de notre vieil ami Alphone de Lamartine :

« J’aimai, je fus aimer ; c’est assez pour ma tombe. »

Hiro et Mika

Hiro et Mika

 

• Auteur: Mika.

• Date de publication: 2008 au Japon (PAS DE PUBLICATION EN FRANCE POUR LE MOMENT).

• Type: Shojo (drame, romance).

• Nombres de tomes: 10 volumes (série complète au Japon).

• Existence d’un anime : NON.

• Existence d’un film: Le film est sorti avant le manga en 2007 et il est réalisé par Nasuda Jun.

• Existence d’un drama : En 6 épisodes sorti en 2008 après la publication du manga sur TBS.

 

 

• Synopsis

La première page du manga commence par ces quelques phrases qui vous annoncent directement la tendance de l’histoire

– Etais-tu heureux ?

Si… Je ne t’avais pas connu, je n’aurais probablement pas ressenti cette douleur, cette peine, cet attristement, et mes larmes… N’auraient probablement pas coulé comme ça. Cependant, si je ne t’avais pas connu, je n’aurais pas été capable de me sentir si heureuse, si douce, si aimante, si chaleureuse, et si bénie comme ça. Aujourd’hui encore, je continue à contenir mes larmes et regarder haut vers le ciel, regarder haut vers le ciel…

Maintenant place à mon propre résumé après avoir médité sur ces quelques lignes :

Tahara Mika est une jeune fille en fleur venant de faire son entrée au lycée et qui n’a jamais eu la moindre relation amoureuse. Accompagnée de sa meilleure amie Aya elles assistent à une violente dispute dans le couloir impliquant deux garçons à problème le très connu « délinquant » Nozomu et un mystérieux beau blond. Nozomu le « playboy » les interpelle et Aya (plutôt intéressée) engage une conversation avec lui. Au bout de quelques mots ils échangent leurs numéros de téléphones, y compris avec Mika qui n’avait strictement rien demandé. De là, le coureur de jupon commence à appeller et envoyer des messages tous les jours à la pauvre Mika qui au début lui répond par respect pour l’attirance de sa meilleure amie envers ce garçon.

Pas du tout intéressée par Nozumu et en conflit avec Aya à cause de ce dernier, elle arrête simplement de lui répondre. Les vacances d’été commencent et un  jour elle reçoit un appel d’un numéro inconnu auquel elle répond. Il s’avère que c’est encore Nozumu éméché appelant du portable d’un certain Hiroki Sakurai. Hiro ou Hiroki prend la suite de l’appel et en profite pour récupérer le numéro de Mika. Il s’avère que c’était lui le beau blond. Mika et lui commencent à s’appeler quotidiennement sans jamais se voir « en vrai ».

Et puis arrive le jour fatal où il faut bien se donner rendez-vous. Ils tombent eperdumment amoureux l’un de l’autre et commence alors l’amour, le vrai! Mais même s’ils se blessent et vivent des moments tristes, les moments passés avec lui sont les plus précieux de sa vie. Le destin tragique semble s’acharner sur eux et il faudra malgré cela que Mika avance pour ne pas sombrer puisqu’aucun retour n’est possible…

Mika

• Le film & le drama

Après avoir lu quasiment tous les chapitres de ce manga,  je n’ai pas eu la foi d’aller regarder le film ou même son homonyme le drama tellement cela m’a bouleversé et fait pleurer. Je peux juste vous dire que le couple principal est joué par deux acteurs assez connus : Aragaki Yui et Miura Haruma (le film) et Mizusawa Erena et Seto Koji (drama).  En tout cas il parait que les deux se valent (les avis sont partagés) d’après les internautes. Du coup je vous laisse la bande-annonce du film.

• Avis personnel

Tout d’abord il faut savoir que c’est une histoire vraie (peut-être un peu romancée mais bien réelle). En effet, l’auteure Mika écrit son auto-biographie sous forme de manga: son propre amour, sa propre douleur.

Je n’ai lu les mangas qu’une fois et je ne pourrais pas même en relire quelques lignes tellement ça m’a fait pleurer. C’est un shojo où il ne faut pas imaginer un happy end car vous n’en aurez pas. Et au contraire des classiques, il n’est pas concentré sur une histoire d’amour un peu cul-cul et même facile mais sur de vraies difficultés et comment l’héroïne continue d’avancer malgré tout ce qui arrive. Et autant vous dire que surmonter ce qu’elle a traversé n’est pas donné à tout le monde et juste pour ça j’admire l’auteure.

Ce manga est une leçon de vie, que dis-je d’amour pour nos générations qui ne font que se séparer sans jamais faire face aux duretées que la vie apporte. Mais plus encore que cela il m’a vraiment marqué et c’est pour ça que je vous le recommande vivement (à condition de ne pas être dépressif) quitte à pleurer, parce que sinon vous serez passé à côté de quelque chose de très intime et de sincère de la part d’une femme on ne peut plus forte. Une fois lu, vous me direz-alors si vous étiez heureux vous ?

ELOGES ELOGES ELOGES QUAND TU NOUS TIENS…

Nouvelle rédactrice de la section manga chez Tchintcha!
Fan de K-pop, de dramas, de mangas… Bref en général de la Corée et de l’Asie 😉
Je ne mords pas, je suis un peu folle donc soyez tolérants ♥ Sinon bienvenue dans mon monde « Wonder bisounours World », heureux de vous rencontrez.

Lau’ – a écrit articles pour Web Journal Tchintcha.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

- bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6