Go Stop : LE jeu des coréens

Go Stop : LE jeu des coréens

Salut à tous ! Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un jeu très populaire en Corée du sud et dont vous avez probablement entendu parler ou vu (dans les dramas pas exemple) : le Go Stop.

  • Origines

Le Go Stop ou Godori est un jeu très populaire en Corée du Sud. Les règles  sont inspirées du jeu japonais Koi Koi, et sont arrivées en Corée au XIXe siècle. Le jeu de cartes se nomme Hwa-t’u (화투) en Corée et ’Hanafuda (花札, Hanafuda) au Japon.
Ce jeu se joue principalement à 3, mais il est possible de changer quelques règles afin de jouer à 2 ou 4 personnes.

  • Les cartes

photoLe jeu est composé de 48 cartes réparties en 12 familles de 4 cartes représentant les 12 mois de l’année par des thèmes de feuilles. Les types de feuilles sont utilisés pour former les paires durant la phase de pose et de pioche.

Lors de l’étape de création des combinaisons, les cartes sont réparties en 4 groupes :

– les kwang (lumières ou rois), il y en a 5 dans le jeu, ils ont un petit caractère chinois dans un des coins.

– les yul ou tongmul, il y en a 8 (+ le bol de saké), ce sont les cartes qui ont un objet ou un animal (pont, papillon, oiseau, etc.)

– les tti, il y en a 10, ce sont les cartes avec un drapeau. Il y a 3 rouges avec l’inscription « Hong dan » (drapeau rouge), 3 bleues avec l’inscription « Chung dan » (drapeau bleu), 3 rouges sans inscriptions et le drapeau rouge de pluie, qui est considéré sans famille.

– les pi, il en reste donc 25, ce sont les cartes « normales ». 3 de ces cartes sont particulières car elles valent 2 cartes pi (sang-pi).

Le bol de saké peut être compté comme un animal ou comme un sang-pi.

Il est possible de trouver des cartes « jokers » qui valent un certain nombre de pi à déterminer entre joueurs au début de la partie. Ces cartes sont jouées sans famille. C’est-à-dire que si on la pose, la carte n’a pas à être en couple, si on la pioche non plus. À la fin des poses, elle rejoint nos cartes pour les points.

Les cartes de novembre, paulownia, sont souvent appelées « dong » qui pourrait se traduire par « merde » ou « caca ».

  • Les règles

En ce qui concerne les règles, j’ai cru comprendre qu’elles variaient selon les familles. Mais ça reste tout de même compliqué à comprendre ! Avec les combinaisons, il faut faire un minimum de points, souvent 3, 7 ou 10, avant de faire le choix crucial du godori : « go » ou « stop ». Si vous avez atteint ce nombre de points et que vous dites « stop », tout le monde vous donne ce nombre de points. Si vous dites « go » vous demandez à continuer le jeu pour essayer de faire un plus gros score. Lorsque vous arrêtez le jeu, si vous avez déjà dit un go, vous avez 1 point de bonus, au delà, vous multipliez votre score par le nombre de fois ou vous avez dit go. Mais si quelqu’un stoppe le jeu avant vous et que vous avez déjà dit un go, vous payez pour tout le monde et en double !

Le jeu se termine lorsque il n’y a plus de carte à piocher. Dans ce cas là, celui qui a le plus de point gagne la partie.

En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu l’occasion d’y jouer, j’aimerais bien essayer même si les règles sont vraiment difficiles à comprendre…
Ce jeu est un considéré comme le « poker coréen » car les coréens aiment miser de l’argent lorsqu’ils jouent entre eux.

Avez-vous déjà joué ? Et avez-vous apprécié ?

A bientôt pour un nouvel article !

 

Rédactrice pour la section K-pop et Dramas (japonais et coréen).
Il m’arrive également de concocter quelques article pour la catégorie K-culture. Je suis là pour vous faire partager ma passion pour la Corée du Sud que ce soit par la Kpop ou les dramas, j’espère pouvoir vous faire découvrir de nombreuses choses! 😀

Panda – a écrit articles pour Web Journal Tchintcha.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers:

- bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6 - bids5 - bids6